"Rien, moins que rien, pourtant la vie." Aragon

A la découverte de la beauté et de la vie ...

A la découverte de la beauté et de la vie ...

mercredi 12 mai 2010

PEINTURE - Nicolas De Staël

"Parc des Princes" (Les grands footballeurs), 1952

De Saint-Pétersbourg à Antibes, entre figuratif et abstrait, entre culture slave et amour de la France, entre espoir d'une lumière d'Italie et désespoir d'une porte qui se referme trop tôt, Nicolas de Staël était un homme partagé... (Passion Estampes).

"Bateaux"

Issu d'une famille aristocratique russe, Nicolas de Staël est devenu un des artistes les plus importants de son époque.
Formé à l'Académie royale de Bruxelles, le peintre voyage beaucoup en Europe et en Afrique du Nord, suite à son engagement dans la Légion étrangère. Il finit par se fixer en France.

Sa peinture est figurative au départ et évolue vers l'abstraction et la matière.
Cette matière devient à un moment donnée primordiale, il la travaille quasiment au corps à corps, passant du pinceau au couteau, du couteau à la truelle et au racloir. Vibrations, violence du geste et superpositions de couleurs le rapprochent des expressionnistes. Ce travail au couteau me touche à titre personnel.

 "Le Parc des Princes", 1952

 Parc des Sceaux, 1952
Ciel à Honfleur, 1952

 "Agrigente", 1953

Quelques années avant sa mort, il revient à la peinture figurative où le sujet est présent, beaucoup plus fluide, transparente, peinture de lumière, comme un message d’opalescence, de mélodie du silence annonçant ainsi, telle le "Grand Concert', la fin de sa vie.

Paysage d'Antibes, 1954

 Le Grand Concert, 1955 (sa dernière toile, inachevée)

Devant cette dernière toile, inachevée, je fais silence, en pensant à cette mélodie de la vie, de sa vie que nous a livrée ce fabuleux peintre.
Car la peinture de Nicolas de Staël s'adresse à notre coeur et à notre âme, comme il s'adressait à René Schar, à propos de la peinture "le fort carré d'Antibes", (1955)


Le champ de tous et celui de chacun, trop pauvre, momentanément abandonné,
Nicolas de Staël nous met en chemise et au vent la pierre fracassée.
Dans l'aven des couleurs, il la trempe, il la baigne, il l'agite, il la fronce.
Les toiliers de l'espace lui offrent un orchestre.

Ô toile de rocher, qui frémis, montrée nue sur la corde d'amour !
En secret un grand peintre va te vêtir, pour tous les yeux, du désir le plus entier et le moins exigeant.

René Char - Nicolas de Staël, 1952 - Recherche de la base et du sommet, II. Alliés substantiels

"Chemin de fer au bord de la mer, soleil couchant", 1955


"Toute ma vie, j'ai eu besoin de penser peinture, de voir des tableaux, de faire de la peinture pour m'aider à vivre, pour me libérer de mes impressions, de toutes les sensations, de toutes les inquiétudes auxquelles je n'ai trouvé d'autre issue que la peinture."

"Je vais aller sans espoir jusqu'au bout de mes déchirements, jusqu'à leur tendresse."



Dossier didactique : http://www.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-destael/ENS-destael.html


Bookmark and Share

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Fantastic!!
A dream of colours!

~~Maria

Anne a dit…

Merci Maria ! Oui, Nicolas de Staël me fait rêver. J'aimerais chanter les couleurs comme lui, en peignant !
J'ai trouvé une phrase très belle d'un internaute après avoir terminé mon article : "Nicolas de Staël est un de ces artistes qui a recherché des accords à la limite du supportable pour chanter juste, exactement juste." ...

mAnaniya, a dit…

Ici, je suis à la "frontière invisible" évoquée par René Mac Hugh ... "Je cherche le bruissement et les murmures, les failles incertaines, un peu voilées, ce qui chemine dans le long mouvement du silence ici révélé."

Anne a dit…

Merci Annick ! Oui, bruissement et murmures, silence en une nuit, immense nuit qui a conduit Nicolas de Staël à rejoindre la lumière, "au bout de ses déchirements."

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

J'ai trop connu des horizons sans lumière et de profondes abîmes pour ne pas adhérer aux paroles de Nicolas de Staël et laisser dans ma vie, une telle place à la création.
Promener mon regard dans sa peinture est un ravissement.
Merci

Roger

Anne a dit…

Merci pour votre passage et votre commentaire si vrai et si humain. Nicolas de Staël nous ramène à notre "humanité", à notre fragilité, à nos sensibilités. Les couleurs de ses peintures nous rappellent par-dessus tout la vie !

Anonyme a dit…

Cet article est relativement réçent,et je me souviens que j'étais en vacances lorsque tu l'as émis !
En lisant ce que Nicolas de Staël a écrit, je me dis qu'un artiste peintre de son envergure exprimait dans ses toiles tous les ressentis de son imaginaire: belles pensées lorsqu'il peignait des camaïeux de bleus, auquel j'y suis très sensible ( la toile "Bateaux" m'interpelle ! )ou ses inquiétudes et là René CHAR exprime bien celles-ci: " Nicolas de Staël nous met en chemise et au vent la pierre fracassée..." rien de tel qu'un poète pour exprimer les états d'âme d'un artiste.
J'aime ce peintre pour ces couleurs, intenses et vraies, son intensité et sa violence si l'on peut dire ainsi quand il s'exprime par des traits prouvant sa force, son intensité.
Anne, toi aussi, tu aimes ce peintre, tu en parles très bien....! Nous sommes donc deux du même avis, imaginant que nous ne sommes pas seules dans ce cas...!!!
Louise Chang

Anne a dit…

Nous ne sommes effectivement pas les seules, chère Louise. à aimer Nicolas de Stael. Heureusement d'ailleurs. J'aime aussi ses couleurs et sa force, même s'il fut un être d'une telle fragilité ... Merci de ton passage ici et de tes mots déposés avec tant de délicatesse.

Mikha de St-Raphaël a dit…

J'ai vu aujourd'hui pour la première fois Le Fort Carré d'Antibes, à Antibes.
Plus de mots, seulement une vague d'émotions montant jusqu'aux larmes...
Merci pour ce partage.
Mkh

Anne a dit…

C'est avec plaisir Mikha de St-Raphaël. Nicolas de Stael fut un grand et il nous a tant ému. Merci de votre passage.

Anonyme a dit…

Bonsoir Anne , comment ne nous sommes pas connues plus vite...Nicolas de Stael m'a toujours émue et j'ai donc lu des biographies sur sa vie son oeuvre. Magnifiques tableaux qui m'ont laissé un long temps en admiration pour chacun. Quel beau peintre et pas assez connu. Un autre de mes amis, qui a un blog littéraire et artistique, a fait une excellente biographie sur Nicolas. Il s'agit de Christian Vancau dont j'admire le travail de recherche qu'il fit sur CHAR, Camus, Rimbaud, et en peinture sur Nicolas de staël. Merci Anne pour cette belle découverte , qui est un bonheur pour moi. Je reviendrai revoir ses peintures, relire vos commentaires, et si d'autres choses sont sur votre blog je chercherai à les connaître. je vous embrasse Josette

Christian Vancau a dit…

Je viens de vous voir sur Yasni. Je suis christian Vancau, peintre belge. Vous semblez visiter mon blog-totems http;//www.christianvancautotems.org
Mon adresse mail christian.vancau@base.be
Je suis sur Facebook sous le nom de Christian Vancau. Je vais aller voir si vouy êtes, mais sous quel nom ou pseudo?????
Même amour de de Staël