"Rien, moins que rien, pourtant la vie." Aragon

A la découverte de la beauté et de la vie ...

A la découverte de la beauté et de la vie ...

lundi 10 mai 2010

Tout est fragilité, un poème de Charles Gardou ...

Photo d'un Albizia Julibrissin prise le long de la mer à Setubal

"Tout est fragilité, universelle loi.

Fragilité de nos pensées qui dessinent de mystérieuses
arabesques
De l'esprit dans ses infimes linéaments
Du corps naissant et déjà vieillissant,
Du temps qui fuit.

Fragile terre privée de pluie.

Fragilité de nos sécurités et des tours d'ivoire
qui nous protègent,
De l'acier de nos cottes de mailles,
De nos anges gardiens,
Des murs d'airain.

Fragile soleil dans son royaume céleste.

Fragilité de nos certitudes et de la science
qui délivre de frêles savoirs.
Des puissants auréolés de gloire et de médailles,
Des conquérants repus de possessions,
De leurs masques de héros.

Fragile orchidée aux premiers frimas de l'hiver.

Fragilité des illusions et mirages
qui peu à peu s'estompent.
De nos convenances et humaines conventions,
Des personnages que nous jouons,
De notre mage dans le miroir.

Fragile rossignol qui meurt de chanter.

Fragilité des chemins que l'on ouvre
au milieu de la cohue,
Des rivages où on jette l'ancre,
Des maisons nichées sous les falaises,
Du bonheur glissant entre nos doigts.

Fragiles flocons échappés d'un ciel clair-obscur.

Fragilité de cette fillette blottie
contre sa poupée de chiffon
D'un vieillard tremblant, voûté sur sa canne,
De ce mendiant tapi derrière ses pensées,
De ses mains jointes.

Fragiles envols et fragile clarté.

Fragilité des humains en précaire équilibre
dans le labyrinthe du monde,
De ce qui noue et dénoue la trame de leurs destinées,
Du sens de leurs inguérissables blessures,
De leur soif de vivre."

Charles Gardou,"Au nom de la fragilité. Des mots d'écrivains", Toulouse, érès, 2009, pp. 243-244


©photo de Veronika Pink partagée par une amie Caroline Dauga-Lacaze 
http://www.veronika-pinke-kunst.de/html/blumen.html

Je remercie de tout coeur Monsieur Charles Gardou, Professeur à l'université de Lumière-Lyon 2, pour m'avoir autorisée à publier ce poème qui me parle tellement.
D'autres livres récents, sur le même thème, sont disponibles chez l'éditeur : www.editions-eres.com - "Fragments sur le handicap et la vulnérabilité", érès, réédition 2009 -"Pascal, Frida Kahlo et les autres... Ou quand la vulnérabilité devient force", érès, 2009 - "Le handicap par ceux qui le vivent", érès, 2009


Concernant le livre "Pascal, Frida Kahlo et les autres ... ou quand la vulnérabilité devient force", qu'il me soit permis de reprendre la présentation qu'en fait l'éditeur :
"A travers l'œuvre-vie de Robert Schumann, Frida Kahlo, Blaise Pascal, Jean-Jacques Rousseau, Fedor Dostoïevski, Joël Bousquet, Helen Keller et Démosthène et bien d’autres figures souvent mythifiées, Charles Gardou donne à voir la place de la vulnérabilité dans toute vie et les ressorts nécessaires pour la surmonter. Comme tant d’anonymes, ces femmes et ces hommes font subir un renversement, un retournement au handicap.
Ils composent, peignent, écrivent, inventent, certes pour s'exprimer, mais avant tout pour s'emparer de leur vie et lui rendre sa hauteur.
Leurs itinéraires singuliers témoignent d'une réalité paradoxale : le handicap impose de multiples limitations et impuissances, d'indicibles détresses, des sentiments d'infériorité.
Il contraint à renoncer à des aspirations, il réduit parfois en poussière des désirs et des projets, il restreint certaines capacités mais, en aucun cas, il n'obère l'ensemble des possibilités d'un être. Certaines peuvent même s'accroître.
A l'heure où l'on exalte la facticité, où s'affiche la loi de la force avec indécence, l'auteur rappelle combien l’oubli des valeurs de la fragilité génère mépris et exclusion.
A l'instar de Fragments sur le handicap et la vulnérabilité (érès, 2005), il montre que l'homme est d'autant plus fort qu'il se connaît et s'assume vulnérable.
Il ouvre ainsi à une intelligence de la fragilité."
Quelle belle présentation qui nous incite vraiment à lire ce livre !

site des éditions érès : les livres de François Gardou : http://www.editions-eres.com/resultats_complets.php?Critere=gardou&Methode=CompletS





Fragilité de nos pensées qui dessinent de mystérieuses arabesques ...
















... de nos anges gardiens ...











Fragilité du corps naissant et déjà vieillissant






Fragilité de nos sécurités et des tours d'ivoire qui nous protègent ...
Magritte : La clef des champs, 1936










Fragile soleil dans son royaume céleste


Fragile orchidée aux premier frimas de l'hiver ..

 
Fragilité des illusions et mirages qui peu à peu s'estompent ...





Fragile rossignol qui meurt de chanter
©Photo Alberto Masi

Vncent van Gogh "Le vieil homme triste", 1890
Fragilité .. d'un vieillard ...






Fragiles envols et fragile clarté.
@Photo Annick Sert




Magritte, "Les amants", 1928

Fragilité des humains en précaire équilibre dans le labyrinthe du monde...



Merci à ma très chère amie Annick S. par qui cet article n'aurait pas été réalisé et à celles et ceux qui de près ou de loin m'ont prêté leur concours. J'ai aimé recherché dans ce que j'ai photographié ou chez d'autres des photos évoquant la fragilité ...


"Notre fragilité est ce qui nous rend uniques", Etgar Keret

"Malgré sa fragilité, la liane résiste au poids de la calebasse", Proverbe indien

©Photo Maria Monteiro
La fragilité et la force

Pour moi personnellement, la fragilité peut-être force ... et ... je ne suis pas la seule à le penser (voir Le Figaro Madame, paraboles.net : http://www.paraboles.net/site/presse_51.php)





Bookmark and Share


8 commentaires:

Anonyme a dit…

Very beautiful.
Not only the message conveyed by the words but also the photos...

Maria Monteiro

Anne a dit…

Merci Maria. Tes mots me touchent ... Tu es toujours la bienvenue sur ce blog, toi qui m'a incité à le réaliser !

Charles Gardou a dit…

En un monde, ressemblant parfois à s'y méprendre à un champ de bataille, votre blog rappelle, avec intelligence, avec délicatesse aussi, que les menaces de « déshumanisation » nécessitent des formes originales de résistance.
En le consultant, me revenaient à l'esprit l'interrogation d'Aimé Césaire : « C'est quoi une vie d'homme ? C'est une lutte entre l'espoir et le désespoir, entre la lucidité et la ferveur». Et je pensais que votre blog était, comme lui, « du côté de l'espérance, mais d'une espérance conquise, lucide, hors de toute naïveté ».
Professeur Charles Gardou
Anthropologue, Université Lumière Lyon 2

Anne a dit…

Je suis très sensible, Monsieur le Professeur, à votre commentaire et vos mots si aimables. Cela me touche énormément. Vous qui nous donné à voir la place de la vulnérabilité dans toute vie et les ressorts nécessaires pour la surmonter, je suis flattée que vous teniez de tels propos au sujet de ce blog.
Tous les hommes et femmes, peintres, photographes, musiciens, chanteurs, tous, anonymes ou célèbres, tentent en effet de
s'emparer de leur vie pour lui rendre sa hauteur.
J'ai voulu par ce modeste blog "rendre grâce" à la vie et à sa beauté dans un monde il est vrai parfois déshumanisé !
Le hasard a fait que votre commentaire ait été enregistré en dessous de celui d'une amie qui m'a incitée à créer mon blog.
Qu'elle en soit ici également très profondément remerciée.

mAnaniya, a dit…

Que de richesses en cet article et en ces commentaires qui lui font écho !
Plus que jamais, je partage intimement le ressenti de Charles Gardou.
Merci à vous deux d'être si précieux compagnons de route !

Anne a dit…

C'est à toi que je dois cet article, très chère Annick. Et j'aurais aimé t'y associer davantage, le composer avec toi ... Mais tu étais en pays de Brocéliande ...
Décidément, en ces commentaires sont rassemblées celles et ceux qui, de près ou de loi, ont eu une influence sur mon blog.
Merci à toi aussi pour ta présence affectueuse sur mon chemin de vie.
Namasté.

Gilberte Derrien a dit…

Merci pour ces belles paroles pleines de sensibilité et de fragilité puisque "c'est quoi une vie d'homme?"
Ma mère qui avait beaucoup souffert m'a dit avant de partir, c'est court une vie et pourtant à 86 ans !

Amicalement
Gil

Anne a dit…

C'est avec plaisir que j'ai partagé cet article, Gilberte, vraiment, car j'admire ce qu'a écrit Charles Gardou !!! Il vaut pour tout un chacun...
Oui, la vie est courte, votre mère avait raison.
Amicalement.
Anne